Skip to main content

Voix chantée & parlée. Méthodes, acoustique, physiologie, santé;

Tout ce que vous avez osé demander sur la voix sans jamais le savoir.

Accueil
Qui sommes-nous ?
Jounal OPERA National Par
Contactez-nous
Plan du site
Prochaines conferences
Conferences et congres
COURS VOIX
Pousse Tire de la voix
SONS ASPIRÉS
exercice Frère Jacques
paralysie récurentielle r
ACOUSTIQUE LE LA VOIX
Hygiene vocale
Reflux Pharyngo Larynge
Reflux Diet
Chlorophylle
PUBLICATIONS
Livres Biblio
Actualites
standards for singinging
Cost 2013 Copenhagen
E Bianco College de Franc
Eurovox 2003 Oslo
Vocal Hygiene in English
Voice Pousse Tire
Respiration
souffle ou Resonance
Voix de fausset Voix de t
Roland Barthes et la voix
CITATIONS
RIO Cours
RIO Cours 2013
PortoGalinhasBrasil
cordes vocales tenor
VOIX YAGES
videos
SONS "ASPIRÉS"

Sons  « aspirés » :

A. Pourquoi ?

L’augmentation de la  pression sous-glottique élève l’intensité et le fondamental dans une moindre mesure. Toutefois, l’excès de pression sous-glottique est dommageable pour les cordes vocales.

Les sons aigus étant perçus comme s’ils étaient plus forts, nous avons naturellement tendance à augmenter la pression pour les produire.

Il faut pourtant pouvoir les émettre en réduisant cette pression. Un éventuel serrage glottique ou ventriculaire est alors évité.

B. Comment.

Faites chanter une sirène ascendante à vos patients. La plupart augmentent l’intensité et la pression des sons en montant dans l’aigu, poussant le son vers l’avant et vers le haut. Il faut précisément apprendre à monter dans l’aigu en diminuant cette pression.

Demandez au  patient de sentir une odeur. Immédiatement après, demandez lui d’émettre un hummmm bouche fermée qui monte dans les aigus comme pour signifier que cela sent très bon. Il doit donner l’impression de continuer à inspirer l’air comme pour le sentir tout en émettant le son. Le débit et la  pression sont  alors réduits et un éventuel serrage glottique ou ventriculaire est alors évité.

Le son émis va se situer plus haut dans la fosse nasale, près de la zone olfactive entre les deux yeux.

Vous et le patient devez avoir l’impression que l’air continue à être inspiré.

Une sirène ascendante doit quasiment toujours être produite de cette façon.